À propos de l’art “sacré”. Quelques considérations à partir de l’expérience esthétique